engagés à vos côtés pour entreprendre

engagés à vos côtés pour entreprendre

elles, ils racontent


Rouge pavot

Prêt-à-porter

3 rue des bouchers

77300 Fontainebleau

https://www.facebook.com/rougepavot/

Vous aimez la mode ? Direction la petite boutique de Caroline YANG ! Achetez des modèles uniques qui reprennent les plus beaux motifs ethniques pour un style bohème/chic !

Portrait caroline yang

Quelle est votre activité ?

Ma formation de chimiste m’a amené à travailler pendant 10 années dans la recherche. Cependant l’envie de créer ma propre marque a muri. Par la suite j’ai intégré la couveuse de la BGE de Paris (spécialisée dans les métiers de la mode) pendant 8 mois. Il m’était difficile de vivre de mon activité, car je vendais mes produits exclusivement sur les salons. Habitant non loin de Fontainebleau, j’ai découvert cette boutique à louer et mon projet a pris un tournant.

Je me suis lancée en avril 2016 pour créer ma marque « Rouge Pavot ». Dans mon magasin, on retrouve mes créations d’influence ethnique et bohème. Mes pièces sont très originales et rares contrairement aux boutiques qui existent sur Fontainebleau. Je vends aussi des pièces d’autres créateurs qui ont une éthique bien marquée.

Qui sont vos clientes ?

Je constate une nette différence entre la cliente que je ciblais dans mon Business Plan et celle qui dépense dans ma boutique. En effet, à la base, je pensais toucher les femmes CSP plus de Fontainebleau âgées de 25 à 45 ans. Finalement, ce sont les femmes de plus de 50 ans qui viennent de Paris pour le week-end et qui possèdent une maison secondaire dans les alentours. Les étrangers de passage à Fontainebleau font également partis de mes clients.

Quelles ont été vos démarches pour mettre en œuvre votre projet ?

Lors de mon entrée en couveuse, un conseiller m’a suivi et parfois guidé. Mais il s’agit surtout d’un travail personnel pour réussir. J’ai obtenu prêt bancaire et bénéficier d’un prêt Nacre chez Afile 77. J’ai investi la somme de 50 000 € dont 35 000 € pour l’achat du bail, 7 000 € de travaux et 8 000 € d’achat de matériels et stocks de départ.

Quelle est la journée type d’un chef d’entreprise ?

Je travaille environ 10 heures par jour. Je commence tôt le matin pour faire le nettoyage avant l’ouverture de la boutique. Le reste de la journée j’accueille les clientes et travaille sur les prototypes, patronages et la production des vêtements. Le lundi, la boutique est fermée, pour autant, j’ai des rendez-vous avec mes fournisseurs. Aussi, je recherche les tissus adéquats. En ce moment (période de soldes d’été), le rythme est plus intense car il y a davantage de monde et en même temps, je confectionne ma collection automne/hiver.

Recevez-vous une aide externe ?

Non pas vraiment, je fais tout, toute seule. Le problème c’est qu’il faut faire confiance aux autres, expliquer la démarche ou le rendu final, c’est compliqué. C’est pourquoi je préfère le faire moi-même.

Avez-vous connu des moments difficiles ?

A l’ouverture de la boutique, personne ne nous connaît. Les débuts sont difficiles. A Fontainebleau, nous sommes dépendant de la météo et des saisons. Je vais vendre plus s’il fait beau entre avril et juillet, qu’en décembre. Cependant, mes clientes viennent de plus en plus régulièrement. D’ailleurs, je n’ai pas commandé assez de modèles pour la période des soldes, je suis en rupture de stock. La première année c’est difficile de juger le nombre de ventes que nous serions susceptibles de faire.

Une anecdote ?

La semaine dernière se tenait le festival Django Reinhardt. Une cliente est venue et m’a dit « J’adore votre boutique, j’étais déjà venue ». Cette cliente suisse se rend comme chaque année au festival et se permet un petit détour par ma boutique. Cela me fait vraiment plaisir et je me dis que je ne fais pas ça pour rien.

Quelles qualités sont nécessaires chez un entrepreneur ?

Le chef d’entreprise est une personne réactive face aux difficultés autant que pour les opportunités. Il faut savoir prendre des décisions. Personnellement, je suis rigoureuse, je liste les choses à faire de manière « carrée ». Cela doit sûrement s’expliquer par mon profil scientifique.

Des conseils ?

Soyez fort psychologiquement car dans les moments difficiles on peut vite baisser les bras. Heureusement pour moi, ma famille m’a soutenu à 200%.

Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

Je souhaite débloquer du chiffre d’affaire via mon nouveau site marchand et donc développer la partie blog (qui parle de : l’activité, la boutique, des marques). Embaucher quelqu’un pour la vente et me dégager du temps pour travailler sur mes collections, serait un réel soulagement. Je démarcherai d’autres boutiques et vendeurs pour donner de la visibilité à ma marque et à court terme je veux fidéliser mes clientes.


O clair de lune

Enfance

Route de nanteuil

Mery sur marne

http://oclairdelune.fr/

Témoignage ess

Parlez-nous de votre association et de ses activités.

L’association « Ô clair de lune » a été créé en 2013 suite au projet de création d’une micro crèche à Mery-sur-Marne. Sa première structure a ouvert en 2013 avec une capacité d’accueil de 10 enfants. Cette réussite a encouragé l’association à se développer et à lancer d’autres projets de structures d’accueil : une micro-crèche à Sammeron qui accueille 23 enfants et une structure multi-accueil à la Ferté-sous-Jouarre avec une capacité d'accueil de 10 enfants.

Quel est le projet qui vous a amené à travailler avec Afile 77 ?

Le financement d'AFILE 77 (prêt à taux 0% de 30 000 €) a permis la finalisation des travaux d'aménagement de cette troisième structure ainsi qu'un apport en trésorerie de démarrage.

Quels ont été les enjeux pour son développement ?

Pour nous ça n'a pas été qu'un soutien financier: Afile 77 nous a aussi aidé dans toute la construction du projet. Cela a été un grand soulagement. Même si nous savions où on allait, le soutien d' AFILE 77 nous a permis d'accorder plus de temps à la construction de notre projet associatif et de réfléchir sur l'accompagnement de l'enfant mais aussi sur l'implication des familles.


K-hod fishing

Conception fabrication et distribution de materiels de pÊche

Contact@k-hodfishing.com Varennes-sur-seine

09.83.07.03.02

http://k-hodfishing.com/

Passionné par la pêche ? L’ensemble des produits de hautes qualités de Vincent Herail-Griot sont disponibles sur son site internet : http://k-hodfishing.com/

Portrait vincent herail-griot

Quel est votre parcours ?

Je suis Vincent Herail-Griot, fondateur de la société K-HOD FISHING. Issu d’un BEP restauration et d’un BAC PRO commerce, j’ai travaillé en tant que chef cuisinier puis je suis devenu vendeur et responsable de rayon dans un magasin de pêche. Autodidacte et passionné de pêche, cette expérience m’a permis d’acquérir des connaissances techniques sur les produits, le marché et de me forger un réseau professionnel. En 2013, j’ai reçu une somme importante, j’avais le choix entre l’achat d’une maison ou celui de créer ma propre société.

Quelle est votre activité ?

J’ai lancé un concept innovant (protégé au niveau de l’INPI) de modèles de leurres articulés souples avec une armature métallique transversale permettant une meilleure fluidité et longévité. Fabriqués artisanalement, nous avons d’abord fait dessiner les 3 moules par des ingénieurs. Aujourd’hui, nous contrôlons la chaîne de fabrication du début à la fin que ce soit la thermo-ingestion, le pliage de forme ou encore le packaging. Notre site marchand propose aux clients de passer une commande directement via la plateforme. Cependant, j’ai signé un contrat avec une boîte de distribution. Vous pourrez retrouver nos produits dans 350 points de vente, très prochainement.

Comment vous-a-t-on appuyé dans ce projet ?

J’ai financé mon projet à auteur de 80% grâce à mes apports personnels. En 2016, j’ai bénéficié de la prime CAP’JEUNE soit 2 000 € et d’un prêt NACRE de 5 000 € qui m’ a été accordé. Initiative création a refusé ma demande de prêt d’honneur pour le motif que ma société demandait trop d’efforts pour une seule personne. En ce moment je monte un dossier avec la Communauté de communes du Pays de Montereau pour bénéficier d’un fonds de revitalisation des entreprises. Les sociétés qui ferment ont une obligation de redistribution de leurs fonds envers des petites entreprises comme la mienne.

Quelles sont vos principales missions quotidiennes ?

Je me consacre à la production de mes produits pour devenir LA référence dans ce secteur d’activité. Il se trouve que mes démarches ont porté ses fruits, c’est la raison pour laquelle nous avons connu 48% d’évolution sur la deuxième année de création. Je consacre une dizaine de minutes par produit. Je fabrique soit 1500 pièces par mois.

Quel a été le moment le plus significatif à vos début ?

Le salon CNPL qui a lieu tous les ans au mois de janvier reçoit entre 20 000 et 40 000 visiteurs. Incontournable dans le secteur d’activité, cet événement m’a permis d’accroître ma visibilité. En effet, j’ai réalisé des démonstrations retransmises sur une chaîne web, visionnées 70 000 fois en 24h. Des retombées notoires en tant que particulier et professionnel ont été chiffrées.

Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontré ?

Avec l’obtention du dernier moule au mois de mars, l’ouverture a été reculée de 6 mois. En effet, il me fallait mettre au point le processus de fabrication et trouver mes premiers clients.

Auriez-vous une anecdote ?

Lorsque j’étais enfant je lisais les chroniques de Michel Tarragnia. Or, aujourd’hui il a écrit deux articles sur mon entreprise. Si on me l’avait dit il y a 5 ans, jamais je ne l’aurais cru.

Selon vous, quelles sont les qualités attendues chez un entrepreneur ?

Savoir être calme est essentiel, un chef d’entreprise c’est un travail à plein temps. Nous réfléchissons « entreprise » du matin quand on se lève, jusqu’au soir.

Auriez-vous un conseil à donner aux porteurs de projet ?

Prenez le temps de bien réfléchir à la structure de votre projet, posez vous les bonnes questions car il y a souvent un fossé entre la théorie et la pratique. Consolidez-vous un réseau porteur et professionnel.

Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

Dans 10 ans, je serai une référence ! Mes produits seront disponibles dans 80% des boutiques françaises. Il faut savoir que la pêche est le deuxième sport pratiqué par les français. Mais il est également adopté partout dans le monde, notamment apprécié par les japonais et les américains. C’est pourquoi, j’aimerais commercialiser mes produits à l’international et diffuser le savoir-faire français, dans le domaine du matériel de pêche. Investir dans des machines c’est bien, mais recruter c’est encore mieux.


Jardin de saint-faron

Jardin maraîcher

Le long du chemin de la justice

Meaux

pauline.plancq@asso-arile.com

Témoignage ess

Parlez-nous de votre association et de ses activités.

ARILE (Association Régionale pour l’Insertion, le Logement et l’Emploi) est issue de la fusion d’Horizon, d’Habitat Éducatif et de Bail. Depuis fin 2016, nous accueillons des personnes qui connaissent des difficultés et nous les accompagnons pour qu’elles se réintègrent.

Quel est le projet qui vous a amené à travailler avec Afile ?

Nous souhaitons répondre à une demande du territoire de Meaux et permettre aux futurs salariés de se réintégrer grâce à une activité valorisante. Soutenu par le réseau des Jardins de Cocagne, nous portons un projet de création de jardin maraîcher biologique. Nous distribuerons la production sous forme de panier hebdomadaire à un réseau d’adhérents. En avril 2018, nous pourrons livrer les premiers fruits et légumes.

Quels ont été les enjeux pour son développement ?

Afile 77 nous a accompagné sur notre demande de co-financement de l’étude de faisabilité du projet auprès du fonds de confiance de France Active. Cet accompagnement nous a permis de préparer un dossier le plus complet possible, et d’anticiper les éventuels points de blocage ou les questions que le projet pouvait soulever chez les financeurs du comité.


Blendedcom

Conseillère en communication

Saint-fargeau-ponthierry

06.64.95.10.68

https://www.blendedcom.com/

Envie de développer votre communication ? vos compétences relationnelles ? Sindy Girault vous propose des solutions d'accompagnement adaptées à vos besoins.

Portrait sindy girault

Quelle est votre activité ?

Mon travail est d’aider les personnes à mieux communiquer. Je développe un concept rare en France soit des solutions globales qui intègrent la personne au cœur de la stratégie de communication. Le message est simple : « vous êtes l’acteur principal de votre entreprise ». Je m’adresse principalement aux petites et moyennes entreprises.

Quel est votre parcours professionnel ?

J’ai un parcours atypique puisque j’ai commencé en tant que professeur de danse et coach sportif. Cela m’a permis de développer mon réseau et un aspect pédagogique important. Ensuite, j’ai suivi des formations pour évoluer dans le domaine du spectacle et de l’évènementiel. Avec l’arrivée de mon fils, j’ai basculé sur une formation d’assistante de direction pensant que je retrouverai l’aspect coaching dans l’assistanat. Ça été l’occasion d’observer le développement du leadership des dirigeants et grands cadres pour lesquels j’ai travaillé. Le bilan n’étant pas satisfaisant, j’ai lancé mon activité à l’issue d’une formation en communication. Je voulais retrouver un aspect créatif et une part d’autonomie.

Qu’est-ce que vous apporte la couveuse ?

Emmanuelle (conseillère d’Afile 77) est géniale en terme d’accompagnement. Je me sens moins seule dans la création et ceci est très important. Ca me rassure lorsque je prends des décisions, j’ai la possibilité d’en parler. C’est vraiment chouette d’échanger car Emmanuelle est très impliquée. Je suis contente de l’avoir fait et s’il fallait le refaire, je le referais.

Quel a été le moment le plus significatif à vos débuts ?

L’activité est réglementée, il y a donc des contraintes qui m’ont généré un stress.

Une anecdote ?

Lorsque j’ai intégré Afile 77, j’en ai parlé autour de moi. Une connaissance m’a dit qu’elle avait vécu la même expérience. Aujourd’hui nous travaillons ensemble.

Quelles sont les qualités et compétences d'un chef d'entreprise ?

Le mélange : autonomie et motivation sont les qualités premières chez un entrepreneur. Il ne faut pas avoir peur et ne pas rechercher quelque chose de figé. Les journées sont différentes, il y a pleins de surprises, il faut donc aimer le mouvement en faisant face aux intempéries.

Un conseil à donner aux futurs créateurs d'entreprise ?

Soyez à l’écoute et réactif de votre marché pour ajuster votre proposition de départ.

Et vos perspectives d’avenir ?

Je souhaite développer mon activité et constituer une petite équipe pour ouvrir mon agence de conseil en communication.


Bruno Traina vous conseille les meilleurs produits provençaux pour compléter vos plus belles recettes. Retrouvez-le sur les marchés du samedi matin à Villiers-sur-Maurin et du dimanche à Bailly Romainvilliers.

Portrait de bruno traina

Pourriez-vous, vous présenter en quelques mots ainsi que votre activité ?

Je travaille sur les marchés campagnards. Plus spécifiquement, je vends des produits provençaux : tapenades, crottins de chèvre, huiles d’olive. Il est vrai qu’avant je vendais des spécialités corses, mais j’ai choisi de réorienter ma marchandise issue d’une région dans laquelle j’ai vécu plusieurs années.

Qu’est ce qui vous a conduit à créer votre entreprise ?

J’avais très envie de travailler dans la gastronomie française.

Quel a été l’apport d’Afile 77 à votre lancement ?

C’est le CARED (La Cellule d'Aide à la Recherche d'Emploi pour les personnes en Difficulté) à Coulommiers qui m’a redirigé vers Afile 77.

Comment se déroule une journée type pour vous ?

Les jours de marché, nous nous levons à l’aube, nous chargeons le camion, puis une fois arrivés sur le lieu nous installons le stand et c’est parti. Sinon, pour les jours d’intendance, je me déplace chez les fournisseurs, j’achète, je négocie les conditions etc.

Une anecdote à nous raconter ?

Non, je n’ai pas d’anecdote, cependant les gens nous confient parfois leurs petits secrets ce qui rend mon travail très sympathique et convivial.

Pour vous, quelles sont les compétences et les qualités attendues chez un entrepreneur ?

Il est indispensable d’aimer le contact c’est la base dans mon métier. Il faut être ordonné, avoir la tête sur les épaules mais surtout avoir plusieurs cordes à son arc : vous faites de la maintenance, vous êtes commercial mais vous avez aussi un job de manager.

Auriez-vous un conseil à donner aux créateurs qui souhaitent se lancer ?

Je n’ai pas la prétention de donner des conseils, mais n’hésitez pas à faire appel aux services d’Afile 77. Attention, le métier d’entrepreneur c’est très dur, il faut beaucoup travailler.